En attendant les murs, de Louis Raoul

cof

C’est au salon du livre de Paris que je suis tombée sur (et à) La Renverse. Cette maison d’édition normande publie des ouvrages qu’on peut difficilement manquer : les couvertures brillent à la lumière comme de véritables bijoux, tandis que le format particulier (ils ne sont pas tout à fait droits…) éveille également la curiosité.
De la poésie contemporaine dans un écrin doré… Il n’en fallait pas plus pour me séduire.

En attendant les murs est un recueil de Louis Raoul, paru en 2015 aux éditions La Renverse.

« Je suis en retard sur ma connaissance du monde
J’ai encore de l’encre sur les doigts
J’ai toujours cette maladresse de l’avant-dire »

Alternant entre prose et vers, l’auteur trace un chemin. Vers où nous entraîne-t-il ? Difficile de le savoir. Pourtant, quelque chose se crée, au-dedans – ou au-delà ? – des mots. Un paysage se tisse. Soudain, nous sommes au milieu de la campagne. Le silence règne. Seules les vibrations d’un poème se font entendre.

« Ces nuits où l’insomnie nous fait passer la porte.
Ces rencontres improbables sans une grande solitude à partager, comme ces tombes abandonnées, cherchant des fleurs. »

Nous marchons avec Louis Raoul. De temps en temps, il esquisse un geste vague vers cette nature qui nous échappe – mais dont il semble si bien saisir les nuances.

« Rosée
Douceur du petit jour
Hier la leçon apprise
Au jardin
Géographie d’une rose
Je ne dors pas
Je révise »

Et puis, l’on finit par comprendre. C’est un chemin humain que l’auteur dessine depuis le début. Un chemin de solitude, de contemplation. De paix aussi. Car lorsque le poète se retire enfin, lorsque la dernière page se tourne, c’est une sensation profonde de sérénité qui demeure en nous. Comme si ses mots nous avaient réconciliés avec quelque chose dont nous avions oublié la présence, quelque chose de fondamental, trop longtemps resté endormi quelque part, au fond de nous.

Un voyage mélancolique et envoûtant – et une maison dont j’ai hâte de découvrir d’autres titres.

 

Publicités