Un poème — Une image n°7 : extrait de Les grands arbres s’effacent, de Véronique Gentil

Ce poème est extrait du recueil Les grands arbres s’effacent, de Véronique Gentil, paru en septembre 2014 aux éditions Pierre Mainard. Le recueil comporte également sa version traduite en anglais, sublime elle aussi. J’ai choisi pour l’accompagner une photo de Rosie Anne Prosser intitulée August.

RosieAnne.png

Les grands arbres s’effacent (extrait)

Les morts coulent
lentement
dans mon cœur maladroit
incapable de les attendre

Pierre par pierre
le chemin qui n’est pas
poursuit sa course

Tu es le miroir sans tain
où je traverse
mon visage
enfantée par ton silence
et la trace de ton souffle

Dans l’aube
où chaque nouvelle ombre bat
le vieux sang

Sans cesse
je pense à toi
et je n’y pense pas

Un poème — Une image n°6 : extrait de Pas revoir, de Valérie Rouzeau

Pour cette nouvelle association entre texte et image, j’ai choisi de partager un extrait du recueil Pas revoir de Valérie Rouzeau. Paru pour la première fois en 1999 aux éditions L’Idée bleue, puis réédité en 2010 par les éditions de La Table Ronde, Pas revoir est un texte d’adieu que l’auteure destine à son père. La photographie qui vient entrer en résonance avec ce magnifique texte s’intitule Buried, et est l’œuvre de l’artiste Amy Haslehurst.

buried_husle

Pas revoir (extrait)

Miroir dis-moi voir c’est ma tête ?
N’ai-je pas une grimace, une nouvelle ligne aussi à me barrer le front ?
Fais voir un peu ma figure : la figure orpheline ressemblante.
Renvoie-moi tout craché mon visage si je bouge vivante.
Si je bouge encore plus tu ne vois plus du tout ma gueule de fille frappante.
J’enlève mon visage de vivante, miroir.
Pas revoir.

Un poème – Une image n°5 : extrait de À la recherche du roi, d’Emmanuel Hiriart

Ce texte est issu du recueil à la recherche du roi d’Emmanuel Hiriart, publié en 2014 par les éditions Jacques André. J’ai choisi, pour lui faire écho, une photographie de Brian Oldham intitulée Rapture.

rapturebrianoldhamà la recherche du roi

4 – Le miroir du poème
(extrait)

Aucun mot
Tu le sais bien
Ne t’ouvrira le cœur
Du soleil
Aucun geste
Pas un chant
Le soleil seul
En toi répondant au soleil
Dehors
Parlera ton chemin.

Un poème – Une image n°4 : Hatchepsout, de Murièle Carmac

Ce poème est extrait du recueil La mer devrait suffire, de Murièle Carmac. Il est paru en octobre 2014 aux éditions Henry, dans leur collection « La Main aux Poètes ». Un texte que j’ai choisi d’illustrer avec une photo de Kyle Thompson.

Capture d’écran 2015-06-12 à 17.31.34

Hatchepsout

je serre les genoux comme on m’a appris je
croise les jambes
je ravale mes crachats je n’étale pas mes glaires
sur le sol
je m’efforce de rendre mon corps moins laid
je m’arrache les poils
je me pousse quand on me touche
je suis maigre je ne prends pas de place
j’ai une voix qui murmure je ne fais pas de bruit
je n’ai pas de nom
ce ne sera pas le mien qu’on lira sur ma tombe
je ne parle que pour m’excuser
car ma vie ne compte pas

parfois pleine d’arrogance je me proclame
pharaon
je fais bâtir des temples des palais des légendes
parfois je crois triompher

mais on finit toujours par venir effacer sur mes
colonnes
mon nom mes titres et mon visage à coups de
marteau

Un poème – Une image n°3 : extrait de Quand la nuit consent à me parler, d’Ananda Devi

Quand la nuit consent à me parler est un court recueil écrit par Ananda Devi et publié en septembre 2011 aux Éditions Bruno Doucey. De ces poèmes brefs et poignants, sans titres mais numérotés, j’ai choisi de partager le numéro 10. La photo, nommée The Vortex, est l’oeuvre de la jeune photographe Lissy Elle.

photlissyelle

10.

Il dit
Je suis né sans savoir
Sans miroir pour me dire

Qui est cet autre qui me regarde
Comme si je n’existais pas

Celui qui a semé en moi
Tant de doutes tant de folie
Tant de combats tant de colère
Tant de murs tant d’innocence

C’est moi, dit-il,
Ce n’est rien que moi.