Spoken Word, une autre forme de poésie

Souvent comparé ou confondu avec le slam, le «spoken word » est un mouvement d’expression poétique relativement peu connu en France. Mélange entre le théâtre (chaque performance peut s’apparenter à un monologue soigneusement construit), la poésie et la chanson, ce genre mutant se développe notamment aux Etats-Unis, où il séduit un public de plus en plus important. Et pour cause : loin d’une séance de récitation classique, les shows des artistes pratiquant le spoken word sont de véritables moments d’émotion et d’habileté linguistique : jeux de sonorités, maîtrise de l’humour, métaphores, fonds musicaux…S’il s’agit donc bien d’un véritable travail littéraire, le spoken word ne se limite cependant pas à cela, et le jeu d’acteur et le charisme des auteurs sont primordiaux pour que le spectacle soit réussi. Il est difficile de donner une définition précise d’un genre où, finalement, tout pourrait être permis. Je me contenterai donc de publier de temps en temps une œuvre que j’apprécie, afin de vous faire partager les artistes que je découvre, notamment en creusant un peu la mine d’or qu’est YouTube… Je vous propose ci-dessous une performance de Phil Kaye, un jeune poète dont j’aime énormément le travail.

Pour voir les paroles et la traduction :

I remember the bed just floating there.
Je me souviens du lit qui était juste en train de flotter là.
Apart, apart, apart, apart.
Séparés, séparés, séparés, séparés.
My mother taught me this trick
Ma mère m’a appris cette astuce
If you repeat something over and over again it loses its meaning
Si l’on répète quelque chose encore et encore cela perd son sens
For example:
Par exemple :
Homework, homework, homework, homework, homework, homework, homework, homework, homework
Devoirs, devoirs, devoirs, devoirs, devoirs, devoirs, devoirs, devoirs, devoirs 
See, nothing 
Tu vois : rien
Our existence, she said, is the same way. 
Notre existence, disait-elle, marche pareil. 
You watch the sunset too often, it just becomes 6 PM 
Tu vois le coucher du soleil trop souvent, ça devient juste 18h 
You make the same mistake over and over; you’ll stop calling it a mistake 
Tu fais la même erreur encore et encore : tu arrêtes de l’appeler une erreur 
If you just 
Si tu ne fais que 
wake up, wake up, wake up, wake up, wake up, wake up,
te lever, te lever, te lever, te lever, te lever, te lever 
one day you’ll forget why. 
Un jour tu oublieras pourquoi. 
Nothing is forever, she said 
Rien ne dure toujours, disait-elle 
My parents left each other when I was 7 years old 
Mes parents se sont séparés quand j’avais sept ans 
Before their last argument they sent me off to the neighbor’s house, 
Avant leur dernière dispute ils m’ont envoyé chez le voisin 
like some astronaut jettisoned from the shuttle. 
Comme un astronaut largué dans l’espace.
When I came back there was no gravity in our home, beds floating 
Quand je suis revenu il n’y avait plus de gravité dans notre maison, les lits flottaient
I imagined it as an accident, that when I left 
J’ai imaginé ça comme un accident, que quand j’étais parti 
They whispered to each other “I love you” so many times over
Ils s’étaient murmurés “je t’aime” tant de fois
that they forgot what it meant 
Qu’ils avaient oublié ce que ça voulait dire
Family, family, family, family, family, family 
Famille, famille, famille, famille, famille, famille 
My mother taught me this trick
Ma mère m’a appris cette astuce
If you repeat something over and over again it loses its meaning 
Si l’on répète quelque chose encore et encore ça perd son sens
This became my favorite game 
C’est devenu mon jeu préféré 
It made the sting of words evaporate.
Ça faisait s’évaporer la brûlure des mots 
Separation, separation, separation; 
Séparation, séparation, séparation 
see, nothing Tu vois : rien 
Apart, apart, apart; 
Séparés, séparés, séparés 
see, nothing
Tu vois : rien 
I am an injured handyman now 
Maintenant je suis un bricoleur blessé 
I work with words all day
Je travaille avec les mots toute la journée
Shut up, I know the irony! 
La ferme, je saisis l’ironie !
When I was young, I was taught that the trick to dominating language 
Quand j’étais jeune, on m’a appris que la clef pour dominer le langage
was breaking it down
Était de le détruire
Convincing it that it was worthless
De le convaincre qu’il ne valait rien
I love you, I love you, I love you, I love you; 
Je t’aime, je t’aime, je t’aime, je t’aime 
See, nothing 
Tu vois : rien 
Soon after my parents’ divorce, I developed a stutter 
Peu après le divorce de mes parents, j’ai développé un bégaiement
Fate is a cruel and efficient tutor 
Le destin est un tuteur cruel et efficace
There is no escape in stutter
Il n’y a pas d’échappatoire au bégaiement
You feel the meaning of every word drag itself up your throat 
Tu sens le sens de chaque mot se traîner jusqu’à ta gorge 
S-s-s-separation
S-s-séparation
Stutter is a cage made of mirrors 
Le bégaiement est une cage faite de miroirs
Every “Are you ok?” 
Tous les : “Est-ce que ça va ?”
Every “What’d you say?” 
Tous les : “Qu’est-ce que tu as dit ?”
Every “Come on kid, spit it out”
Tous les : “Allez garçon, crache-le !” 
Is a glaring reflection you cannot escape 
Est un reflet éblouissant que tu ne peux pas fuir 
Every terrible moment skips upon its own announcement 
Chaque moment terrible saute au-delà de sa propre annonce
Over and over until it just hangs there,
Encore et encore jusqu’à ce que ça reste juste accroché là,
floating in the middle of the room 
Flottant au milieu de la pièce. 
Mom, Dad, 
Maman, papa 
I am not wasteful with my words anymore.
Je ne gaspille plus mes mots. 
Even now after hundreds of hours of practicing away my stutter, 
Même maintenant après des centaines d’heures d’entraînement passées à éliminer mon bégaiement,
I still feel the claw of meaning in the bottom of my throat.
Je sens toujours la griffe du sens au fond de ma gorge.
I have heard that even in space 
J’ai entendu dire que même dans l’espace
You can hear the scratching of a 
Tu peux entendre l’éraflement d’un
I-I-I-I love you. 
Je—je-je-je vous aime.

Publicités

6 réflexions sur “Spoken Word, une autre forme de poésie

  1. Pingback: « The Type , de Sarah Kay | « LE LANGAGE DÉMENT

  2. Pingback: « Depression too is a type of fire , de Taylor Malo | « LE LANGAGE DÉMENT

  3. Pingback: « Pocket-sized Feminism , de Blythe Baird | « LE LANGAGE DÉMENT

  4. Pingback: « Camaro , de Phil Kaye | «LE LANGAGE DÉMENT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s