Dirk Bouts, Le Chemin du ciel et La Chute des damnés, de Michel Butor

  Par le biais de la collection Ekphrasis , les éditions Invenit proposent à des auteurs d’écrire un texte à partir d’une peinture. J’ai découvert ces livres l’année dernière, et, attirée par le nom de Michel Butor, j’ai immédiatement été charmée par l’objet que je saisissais alors : livre au papier de qualité, couvertures à rabats permettant de visualiser les œuvres pendant la lecture, nombreux détails en pleine page…Un design soigné, et un prix plus qu’abordable : il n’en fallait pas plus pour que je me laisse tenter !

« Toute une foule de visages
désespérés concupiscents
qui jouissent de leur malheur même
et des raffinements qu’infligent
les hybrides aux yeux de braise
aux torturés entremêlés
serpents singes poissons insectes
cornes et crocs dards et mâchoires »

Dans ce superbe ouvrage, Michel Butor observe les deux tableaux Le chemin du ciel et La chute des damnés peints par l’artiste néerlandais Dirk Bouts au XVème siècle. Deux formes d’art et deux époques semblent dialoguer, et une première œuvre en inspire une seconde. La description subjective des panneaux est entrecoupée de brèves pensées de l’auteur, plus ou moins liées à ce qu’il est en train de voir. À l’opposé d’une analyse artistique, il s’agit ici d’une méditation poétique et intime que nous livre l’auteur, en nous invitant à se découvrir soi-même par le biais de l’œuvre. Car c’est grâce à ces peintures que le narrateur parvient à se dévoiler petit à petit, aussi bien au lecteur qu’à lui-même.

« En me heurtant
contre les vitres
reprenant vie
dans les haleines »

De cette étrange rencontre entre deux artistes à jamais séparés par les siècles naît un texte étrange, où se mêlent paysages et souvenirs, non-dits et sous-entendus. Un poème captivant, d’une force novatrice.

« En tous les cas
malgré mon nom
je ne saurais
être un des anges
(…)
Et cependant
quand je dormais
j’imaginais
avoir des ailes »

004
♦ Voir ce titre chez l’éditeur

Publicités

5 réflexions sur “Dirk Bouts, Le Chemin du ciel et La Chute des damnés, de Michel Butor

  1. Bonjour Ariane et longue vie à ton blog .. je sens je vais m’instruire et faire des découvertes poétiques chez toi ! je ne connais pas cette collection, je vais aller voir de plus près

  2. Pingback: Jules-Alexis Muenier, La Retraite de l’aumônier, de Lucien Suel | LE LANGAGE DÉMENT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s